Editeur

Visionner

 

SONATE AEVUM

 

Cette œuvre fut composée à la suite de la lecture d’un texte de Saint Thomas d'Aquin, extrait de "La Somme Théologique". Dans ce dernier, l’auteur exprime la possibilité de l'existence de « l'Aevum » (énergie vitale).

En effet, le Temps connaît un début et une fin ; l'Eternité quant à elle ni début ni fin. L'ecclésiastique a donc évoqué qu'il pouvait y avoir une entité avec un commencement mais sans finitude, continuant indéfiniment.

Aussi, il m'est apparu que la Musique (en tant qu'organisation des sons) était une forme d'Aevum. Elle a sans doute existé à un instant donné, peut-être à l'arrivée des premiers hommes ou de certains animaux (oiseaux, cétacés,...), sans que l’on sache précisément lorsqu'elle s'arrêtera d'exister.

Je me suis alors inspiré de nombreuses musiques des plus anciennes, comme celle de la Grèce antique (5 siècles avant notre ère) aux plus récentes pour écrire cette Sonate (dans le sens Suonare - Sonner, Retentir) qui retrace ce qu'est la Musique à l'échelle de l'Humanité, à travers les âges, dans l'incertitude de la fin potentielle de cet art. Les enregistrements et traces de Musique survivront peut-être à l'Humain ?

 

 

 

 

Retour